"La digitalisation de l’entreprise n’est pas qu’une affaire de technologie mais bien une affaire de culture"

11 Oct 2016

 

"Le contexte contemporain est marqué par des évolutions qui bouleversent les entreprises. Beaucoup peinent à trouver les recettes d’une compétitivité dont l’agilité est devenue la clé. Les limites des organisations, le numérique, la nécessité d’innover, la crise de défiance sont autant de paramètres qui forment une équation complexe. Ces bouleversements rendent caduques les recettes habituelles. Une certaine manière de penser l’entreprise montre ses limites : le mindset taylorien comme réponse unique est épuisé, les stratégies monolithiques sont limitées, la course à la taille est insuffisante et les organisations classiques sont inefficaces".

FoxRH a rencontré Patrick Storhaye, auteur de l'ouvrage Transformation, RH et digitale, qui nous fait le plaisir de répondre à quelques questions sur les enjeux liés à la digitalisation de l'entreprise.

 

Les RH doivent-ils être en 1ère ligne de la digitalisation des entreprises?
 

La fonction RH n’est manifestement pas perçue comme la plus à même d’accompagner la digitalisation des entreprises. C’est du moins ce que révèle l’étude « Working Better Together » de Google en 2015 qui la place loin derrière les autres fonctions sur ce sujet. 

C’est à mon sens une erreur car la digitalisation de l’entreprise n’est pas qu’une affaire de technologie, loin s’en faut, mais bien une affaire de culture. La digitalisation est un processus d’acculturation dans lequel la fonction RH doit jouer un rôle important. Par ailleurs, la digitalisation de l’entreprise touche à ses fonctionnements les plus intimes, avec des conséquences sur des notions comme le rapport à l’information et aux connaissances, au contrôle (le travail à distance en est un excellent exemple), etc. 

Or, il s’agit de thématiques qui structurent fortement les pratiques managériales et qui concernent la fonction RH.

 

Pensez-vous que les RH ont pris la dimension de la digitalisation ?
 

La fonction RH a sans aucun doute pris conscience de l’importance du sujet et notamment du fait qu’il bouleverse en profondeur non seulement ses propres activités et la manière de travailler de tous les acteurs dans et en dehors de l’entreprise mais aussi le Business en tant que tel. Or, la fonction RH doit naturellement être concernée par tous ces aspects.

 

Les RH ont-ils (leur donne-t-on) les moyens de faire face à cette digitalisation ?
 

La fonction RH a toujours été tiraillée entre, d’une part, des exigences opérationnelles chronophages dont elle ne peut pas s’affranchir et sur lesquelles on attend d’elle qu’elle soit irréprochable en termes de qualité, coûts et délais et, d’autre part, des sujets qui s’inscrivent dans un temps long et qui touchent au développement au sens large. 

Elle a dans l’ensemble fait d’importants efforts de productivité depuis le début des années 2000 pour être en mesure d’adresser aujourd’hui ces sujets de développement, dont la digitalisation fait partie. Il n’est pas ici question d’avoir des moyens supplémentaires. 

Il convient par ailleurs de distinguer la digitalisation de la fonction RH qui s’inscrit dans la continuité de son informatisation engagée depuis bien longtemps, de la contribution de la fonction RH à la digitalisation de l’entreprise, qui doit être abordée comme on le ferait pour tout autre facteur de contingence majeur qui affecte l’environnement de l’entreprise.

 

Quelle est (sera) la place des RH dans la transformation digitale ?
 

La fonction RH doit jouer plusieurs rôles dans la transformation digitale de l’entreprise. D’abord contribuer à éclairer les consciences des décideurs sur la portée réelle du digital pour que chacun s’en approprie l’ampleur. Ensuite, assurer une pédagogie auprès de l’ensemble du corps social sur les enjeux de la transformation digitale de façon à ce que chacun en mesure les opportunités sur son activité. 

Elle doit aussi ajuster les processus RH pour qu’ils facilitent cette appropriation du fait digital par l’ensemble de l’entreprise (formation, évaluation des compétences, etc.). Elle doit enfin anticiper les conséquences potentielles ou probables sur les besoins en compétences.

 

Quel est selon vous le plus grand défi en terme de digital auquel  les RH et plus généralement l’entreprise devra faire face ?
 

Le digital conduit à une profusion de données et on est encore loin d’avoir tout vu avec l’arrivée progressive des objets connectés. Le plus grand défi de la fonction RH comme de l’entreprise dans son ensemble est double :

  • Développer une véritable culture de l’analyse des données pour en tirer la quintessence
     

  • Mais avec toute la distance que cela suppose, ce qui constitue le second défi, c’est-à-dire celui du discernement pour ne pas faire de ses données et des algorithmes qui en découlent de nouveaux oracles mais bien des outils destinés à éclairer l’intelligence des décisions humaines.

N’en fait-on pas un peu trop avec la digitalisation et ses termes plus ou moins associés (big data, entreprise libérée…) ?
 

Les phases de transition sont toujours propices à une profusion de pseudo nouveaux concepts et autres discours enflammés de gourous auto-proclamés qui prétendent détenir la pierre philosophale de problèmes … qui sont pourtant les mêmes depuis longtemps. 

Au-delà de l’habillage techno-marketing qui revient finalement à rebaptiser d’anciens concepts en les colorant d’une modernité inutile, il convient de s’attacher à résoudre les vrais problèmes. 

Le danger c’est que l’engouement parfois un peu hâtif sur ce sujet pourrait laisser croire aux plus paresseux que l’on peut s’affranchir des efforts que les problèmes demandent pour être vraiment résolus.

 

Pensez-vous que les étudiants, RH en l’espèce, sont suffisamment formés à la transformation digitale ?
 

Il est impossible de généraliser. Et par ailleurs, il n’y a pas nécessité de former des étudiants en RH à la transformation digitale en tant que telle mais au digital et à la culture qui le sous-tend et cela commence par la maîtrise des outils modernes. Or, je ne suis pas certain que cette culture digitale soit suffisamment transmise. 

Enfin, seule une pratique assidue alliée à une envie permanente de découverte peut contribuer à développer un sens du digital.

 

 

 

Pour vous procurer le livre de Patrick Storhaye, Transformation, RH et digital c'est par ici

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Notre selection
Please reload

Nos articles les plus lus

"La maitrise de la voix est un formidable vecteur de bien être&qu...

La transformation digitale n'est pas une question d'outils mai...

Le coworking : une nouvelle manière de travailler ?

"Ce boulot est pour moi" ou comment réussir à décrocher le j...

Grande enquête RH : la place des femmes dans la fonction RH

Interview : Comment recruter sans discrimination ?

1/1
Please reload