"Face au stress, il est important de sortir de l’isolement"

9 Nov 2016

 

 

S'il est impossible d'éliminer le stress de la vie professionnelle, apprendre à vivre avec et le gérer au mieux est indispensable et à la portée de tous. En proposant des outils qui permettent d'agir sur les émotions, les pensées et les comportements, La Boîte à outils de la gestion du stress permet à chacun d'utiliser ses propres leviers et les méthodes qui lui correspondent le mieux. Elle est structurée de manière à accompagner le lecteur étape par étape: de la prise de conscience de son niveau de stress, à la construction de sa propre trousse antistress, en passant par l'identification des facteurs de stress, le développement de la confiance en soi ou encore l'expérimentation de différentes techniques pour se détendre et évacuer les tensions. 
FoxRH a rencontré Gaëlle Du Penhoat auteur de l'ouvrage "la boite à outils de la gestion du stress" afin de revenir avec elle sur cet enjeux primordial qu'est la gestion du stress en entreprise.

 

 

1) Quel est, selon vous, la méthode la plus efficace pour gérer son stress au travail ?
 

Il n’y a malheureusement pas de « méthode miracle ». Mais il existe une multitude de techniques simples pour aider à gérer efficacement le stress. A chacun de trouver celles qui lui conviennent le mieux en fonction de ses goûts et de sa personnalité. Une personne va trouver son équilibre en allant faire du sport sur l’heure du déjeuner, ou appréciera de retrouver régulièrement des amis ou des collèges et partager un moment de convivialité alors qu’une autre aura besoin de se ressourcer dans la solitude. Dans cette optique, La boite à outils de la Gestion du Stress propose des exercices à pratiquer à son poste de travail  et évacuer rapidement la pression du quotidien. Je ne peux qu’inviter vos lecteurs à les tester !

 

2) Existe t-il un bon stress pour être efficace dans son quotidien ?
 

Le stress n’est ni bon, ni mauvais en soi. Il s’agit d’une réponse d’adaptation automatique de l’organisme face à une difficulté ou à un danger perçu. En période de surcharge de travail par exemple, la réaction de stress peut stimuler et permettre une mobilisation des forces physiques et mentales. Mais cet effet est ponctuel et épuise le corps.  Il donc essentiel d’apprendre à s’écouter pour être en mesure de retrouver son équilibre rapidement.

 

3) Quelles sont les signes de souffrance au travail qui doivent alerter ?

La fatigue, quand elle s’installe, est un premier avertissement dont il faut tenir compte, surtout si elle s’accompagne de maux physiques (migraine, maux de ventre, palpitations, troubles du comportement alimentaire, sensibilité aux virus etc.) Les signaux d’alerte peuvent être émotionnels (humeur changeante, tristesse, irritabilité), psychiques (troubles de la mémoire ou de la concentration, préoccupations constantes liées au travail) ou comportementaux (cynisme, sentiment d’isolement, dévalorisation de soi, conduites à risques, addictions). Plus les signes sont nombreux ou se répètent fréquemment, plus vite la personne doit se prendre en charge. La difficulté est que la personne en souffrance est souvent la dernière à l’admettre.

 

4) Estimez-vous que les femmes sont plus sensibles que les hommes aux formes de stress ?
 

Les études montrent que la façon dont chacun perçoit le stress, les réponses physiologiques et les mécanismes d’adaptation varient suivant les sexes. Les femmes semblent être plus sensibles aux difficultés liées aux relations interpersonnelles (critiques, conflits ou sentiment d’isolement…) alors que les hommes rapportent davantage de stress lié aux attentes, aux performances, à leurs compétences. Les symptômes sont aussi différents pour les hommes et les femmes. Le site canadien www.stresshumain.ca relève que « les hommes sont plus à risque que les femmes de développer un abus ou une dépendance à l’alcool ou à la drogue et de développer un comportement antisocial. De leur côté, les femmes ont plus de risques de développer une dépression, un syndrome du côlon irritable, un syndrome de fatigue chronique, des migraines et une fibromyalgie. »

 

 

5) Que conseillerez-vous à une personne en état de stress au travail ?
 

La première chose à faire, selon moi, est d’en parler à son médecin traitant qui saura détecter les éventuels signes avant-coureurs d’un Burn-out. Il est également important de sortir de l’isolement, de partager ses doutes ou ses difficultés avec les proches. Les études s’accordent sur les effets bénéfiques du support social sur notre santé physique et mentale. Je conseille aussi à mes clients d’être plus tolérants, plus doux envers eux-mêmes et de réapprendre à se faire plaisir.

 

Vous pouvez vous procurer l'ouvrage de Gaëlle Du Penhoat via le lien ci âpres : la boite à outils de la gestion du stress (dunod2016)

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Notre selection
Please reload

Nos articles les plus lus

"La maitrise de la voix est un formidable vecteur de bien être&qu...

La transformation digitale n'est pas une question d'outils mai...

Le coworking : une nouvelle manière de travailler ?

"Ce boulot est pour moi" ou comment réussir à décrocher le j...

Grande enquête RH : la place des femmes dans la fonction RH

Interview : Comment recruter sans discrimination ?

1/1
Please reload