Quid des bonnes pratiques pour un management humain

16 Sep 2019

 

Pour réussir les projets d'entreprise, il ne suffit plus de satisfaire le traditionnel triptyque qualité-délais-coûts, même si l'on y adjoint l'incontournable maîtrise des risques. La coopération active de l'ensemble des partenaires tout comme l'accession au maximum de créativité de l'équipe font la différence.

FoxRH a rencontré Alain Fernandez auteur de l'ouvrage Le chef de projet efficace aux éditions Eyrolles qui nous fait le plaisir de répondre à quelques questions.

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire cet ouvrage ?

 

En parallèle de mon activité de consultant j’anime des formations à la conduite de projets. Quasi systématiquement, la principale préoccupation des auditeurs tourne toujours autour de la question du choix de la méthode. C’est une question importante n’en doutons pas. Mais s’il suffisait de choisir la bonne méthode pour réussir un projet sans coup férir, les statistiques comptabilisant les échecs ne seraient qu’anecdotiques. Ce n’est bien entendu pas le cas.

 

Un bon professionnel de la conduite de projet maîtrise les méthodes et les outils associés c’est un fait. Mais sa compétence va bien au-delà. Il est en effet tout à fait à même de faire intervenir son « bon sens » afin de prévenir les dérives, d’anticiper les difficultés et de résoudre les aléas propres à tous projets en univers complexe comme le sont actuellement bon nombre de projets en entreprise.

 

C’est bien pour mettre l’accent sur cette réalité que j’ai écrit ce livre.

 

Le management des Hommes est-il la clé pour que le chef de projet puisse remplir ses objectifs ?

 

Un projet moderne c’est réunir des femmes et des hommes dotés de compétences bien spécifiques pour résoudre un problème complexe en un temps limité. Ils y parviendront si et seulement s’ils unissent leurs talents. Mais construire un groupe en parfaite cohésion pour atteindre l’optimum de sa capacité de production est loin d’être évident.

 

C’est là le rôle essentiel du chef de projet. Il doit s’efforcer d’inciter chacun des membres de l’équipe à produire et à coopérer du mieux possible pour accéder aux objectifs de réussite tels qu’ils ont été fixés initialement.

 

Qu’entendez-vous par bon sens pratique dont doit faire preuve un chef de projet efficace ?

 

Le bon sens pratique c’est un peu ce qui nous différencie nous humains des robots aussi performants soient-ils. Le bon sens pratique c’est savoir anticiper, c’est comprendre l’environnement même si toutes les informations ne sont pas réunies, c’est identifier les points clés du projet, là où il risque de dériver.

 

C’est l’expérience qui nous enseigne ce bon sens pratique, comme un paysan qui sait exactement quand il doit semer ou commencer la récolte.

 

Selon vous, qu’apporte principalement le travail en équipe dans la réalisation d’un projet ?

 

Un projet exige de multiples compétences que ne peut cumuler un seul individu. D’autre part, un projet est une entité en soi qui doit être traitée en un temps unique. Aussi il n’existe guère d’autre possibilité que celle de travailler en équipe.

 

Que conseillerez-vous à un chef de projet qui souhaite améliorer son efficacité ?

 

En un seul mot je lui conseillerai de développer son sens du relationnel. Que ce soit au sein de son équipe bien sûr mais aussi avec l’ensemble des parties prenantes, clients et donneurs d’ordre. Il ne perdra pas non plus son temps à développer son réseau de contact auprès des parties prenantes plus indirectes et donc moins concernées en apparence.

 

En fait, le relationnel vise deux finalités : le marketing et la collecte d’information. 
Le marketing est un aspect indispensable de la conduite projet. Il s’agit prosaïquement de « vendre » son projet en interne comme en externe.


Ensuite, développer et entretenir un réseau de relations c’est aussi le moyen de collecter d’utiles informations à droite à gauche. Le chef de projet incitera d’ailleurs les membres de son équipe à en faire tout autant. Il ne faut surtout pas que l’équipe se referme sur elle-même. Au contraire elle doit impérativement s’ouvrir sur l’extérieur pour faciliter l’acceptation du projet et en profiter pour collecter des informations.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Notre selection
Please reload

Nos articles les plus lus

"La maitrise de la voix est un formidable vecteur de bien être&qu...

La transformation digitale n'est pas une question d'outils mai...

Le coworking : une nouvelle manière de travailler ?

"Ce boulot est pour moi" ou comment réussir à décrocher le j...

Grande enquête RH : la place des femmes dans la fonction RH

Interview : Comment recruter sans discrimination ?

1/1
Please reload