"Mon boss est nul, mais je le soigne"

14 Nov 2019

 


FoxRH a interviewé Gaël Chatelain-Berry, auteur de l'ouvrage : "Mon boss est nul mais je le soigne". Cet ouvrage met en lumière Bob, le pire manager que l'on puisse jamais rencontrer qui parvient à devenir un manager bienveillant. C'est avec humour et pragmatisme, que Mr Chatelain-Berry propose à travers ce livre, de réelles solutions pour sauver son boss et adopter le Feelgood Management. Il nous fait le plaisir de répondre à quelques questions.   

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre ?

 

J’ai eu envie de parler de la vie en entreprise sans pour autant imaginer des théories complexes. Je pense que nous pouvons toutes et tous agir sur notre bien-être en entreprise et celui de nos collègues en revenant à des concepts simples. J’entends trop de théories incompréhensibles sur le management alors que, parfois, il suffit de réapprendre à dire « bonjour » pour que les choses aillent mieux.

 

Qu’est-ce qu’un boss « nul » ?

 

Il y a beaucoup de définitions de la nullité en termes de management. Cependant, si je ne devais en choisir qu’une, ce serait un boss qui ne met pas l’Humain au centre de tout, un boss qui sert ses intérêts propres avant de servir ceux de son équipe.

 

De quels moyens dispose le salarié pour soigner son manager ?

 

La parole ! Il est important que chaque salarié a le pouvoir de s’exprimer, de dire à sa hiérarchie ce qui va bien comme ce qui pourrait être amélioré. Nous oublions trop souvent que notre vie professionnelle est avant toute chose affaire de relations humaines.

 

Qu’entendez-vous par « feelgood management » ?

 

Le feelgood management est pour moi l’aboutissement du management. Le feelgood management, c’est le fait, pour un manager, que chaque personne de son équipe se sente bien dans son travail mais puisse également trouver un parfait équilibre entre sa vie privée et sa vie personnelle.

 

Un manager n’est pas un simple gestionnaire, c’est une personne qui doit optimiser le bien-être de son équipe afin qu’elle puisse donner le meilleur d’elle-même.

 

Faut-il un mode de management spécifique pour les nouvelles générations ?

 

Les nouvelles générations sont plus exigeantes en termes de management. Non pas parce qu’elles sont différentes mais parce qu’elles ont été élevées par des parents qui ont découvert la potentielle violence du monde l’entreprise : chômage, explosion du nombre de burn-out. Ces générations ne veulent pas reproduire le schéma de leurs parents qui ont trop donné à leur travail. Tout le monde a à y gagner et, clairement, les entreprises souhaitant attirer, et garder les talents n’ont pas d’autre choix que d’évoluer vers un mode de management bienveillant, soucieux d’un bon équilibre vie perso/pro.

 

Si vous aviez un seul conseil à donner à un manager, quel serait-il ?

 

Cela tient en une phrase : ne jamais faire à un membre de son équipe quelque chose que l’on aimerait pas que notre propre manager nous fasse.

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Notre selection
Please reload

Nos articles les plus lus

"La maitrise de la voix est un formidable vecteur de bien être&qu...

La transformation digitale n'est pas une question d'outils mai...

Le coworking : une nouvelle manière de travailler ?

"Ce boulot est pour moi" ou comment réussir à décrocher le j...

Grande enquête RH : la place des femmes dans la fonction RH

Interview : Comment recruter sans discrimination ?

1/1
Please reload