• Top formation

Baromètre RH : Les nouvelles dynamiques pour le secteur de la formation


Conscients que l'année 2019 avec sa loi Avenir Professionnel a été riche en changement structurel dans le milieu de la formation, faisons le point sur toutes ces nouvelles dynamiques qui ont bousculé notre écosystème RH : Une certification des organismes, la monétisation du CPF, réforme de l'apprentissage... La progression des salariés prend une place plus importante dans la vie des entreprises. C'est face à ces changements majeurs que topformation.fr a menés une enquête auprès de 200 acheteurs de formations issus de 200 entreprises du secteur privé et public, et de tailles variées : PME, ETI, grands groupes, consultables ici. Quelles sont les évolutions dans les modalités de formations ? Quelles nouvelles priorités ?

Faisons le point sur l'année 2019 ; Les modalités d'abord : si la formation intra entreprise, comprenez une formation dans l'entreprise directement, a longtemps été privilégié par les RH, on observe désormais une inversion des tendances : En effet 62 % des RH privilégient cette solution. Ensuite on retrouve le e-learning, ou formation à distance à 41 %, très proche de la formation inter entreprise à 40 % (où des salariés de plusieurs sociétés et des particuliers sont réunis dans les locaux de l'organisme de formation). Quelles sont les formations les plus recherchées ?

Si dans 87 % des cas la formation concerne une compétence spécifique du salarié, c'est aussi souvent une formation en lien avec une innovation dans un secteur d'activité à 57 %, et enfin une formation obligatoire dans 51 % des cas. En complément, on note un besoin de formation en soft skill haut : pour 48 % des RH interrogés, c'est le travail en équipe et les compétences émotionnelles et relationnelles qui méritent d'être développées, suivies de près par la gestion du temps à 46 % et les formations de leadership à 36 %.








Le besoin de formation existe, mais quels sont les freins ?

La difficulté de mesure du ROI, Return On Investment, en est un. En effet, plus de 30 % des entreprises le considère comme une difficulté majeure au même titre que la question budgétaire par exemple. En effet, le calcul des gains apportés par une formation peut être difficilement chiffrable par une organisation, notamment les formations dédiées aux soft skills. De plus, l'augmentation de la satisfaction au travail d'un salarié n'est pas calculable, bien qu'ayant une forte incidence sur son efficacité. Pour conclure, la loi Avenir Professionnel mise en place en 2019 a eu un fort impact sur les modalités avec un essor du e-learning, mais aussi une gestion différente du CPF. Les entreprises sont à la recherche de formations au ROI prouvé et mesurable, au détriment des formations en soft skills pourtant jugées nécessaires. Quelles évolutions attendre ? Les événements liés au Covid-19 ont rendu les formations en présentielles impossibles et le elearning indispensable. Cette évolution forcée deviendra-t-elle une habitude ?

Consultez l'enquête de TopFormation complète ici 




© FoxRH tous droits réservés - Mentions légales -

  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook
  • Twitter Social Icon
  • Icône sociale YouTube
  • Instagram