• Anne-Pauline Arene

Les conditions de réussite d’une période d’essai pour un collaborateur en situation de handicap


Période d'essai pour TH

Si une période d’essai « ratée » représente un coût financier et humain pour l’entreprise, c’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’un collaborateur Travailleur Handicapé, difficile à trouver et dont le (mauvais) souvenir entravera la bonne volonté future des managers et collaborateurs. La Mission Handicap devra donc tout mettre en œuvre durant cette période d’essai afin qu’elle aboutisse à une confirmation d’embauche pour le collaborateur et permette de sensibiliser positivement les équipes.

Quelques pistes :

1. Désigner un « tuteur » au sein de l’équipe

Son objectif principal sera de soutenir le nouveau collaborateur dans sa prise d’autonomie, et d’alerter la Mission Handicap ou l’équipe lorsqu’il y a un manque dans la formation ou l’intégration. Plutôt que des temps de travail qui risquent de stresser le tuteur (car il a lui-même ses objectifs à tenir), on pourra plutôt prévoir un point régulier (quart d’heure quotidien la première semaine, hebdomadaire ensuite) pour vérifier l’intégration.

Autre solution, faire de cette évaluation un temps informel, par exemple lors du déjeuner ou de la pause-café ; cette solution est même la plus souhaitable pour éviter la stigmatisation de l’un ou des autres.