• La team FoxRH

Les softskills : comment les diffuser efficacement et en faire le pilier de sa transformation ?


Les softskills : comment les diffuser efficacement et en faire le pilier de sa transformation ?

Les softskills, ce sont ces fameuses compétences transverses qui servent de levier à la performance et à la compétitivité, qui favorisent la mobilité et l’employabilité et qui ne deviennent pas obsolètes avec le temps.

Un must-have forcément.

Mais comment diffuser et se former à ces compétences humaines, fondamentalement différentes des compétences techniques ?


Pour développer les compétences de ses équipes, l’IFCAM (Université du Groupe Crédit Agricole) a sollicité Pitchtree pour mettre en place un accompagnement unique spécifiquement autour des compétences douces au travers d’un « Challenge Start-Up ».


Avec l'IFCAM, Institut de Formation du Crédit Agricole, nous avons pu partager nos convictions et nos conseils sur l'acquisition de softskills, lors d'un retour d'expérience d'une heure.


Voici un résumé de nos apprentissages en 5 minutes de lecture.


Sommaire :

  1. Des Sofskills, pourquoi faire ?

  2. Avec quelle(s) modalité(s) diffuser ces softskills ?

  3. Pour quels résultats ?


FoxRH cabinet de recrutement spécialisé RH et Paie







1) Des softskills, pourquoi faire ?


Les softskills peuvent s'adosser à différents enjeux stratégiques. L'IFCAM, pour sa part, a identifié 5 objectifs clés pour accompagner les fortes transformations du secteur bancaire et la diffusion de nouvelles méthodes de travail :

  1. Développer de la confiance pour naviguer dans un monde et des organisations qui bougent, tout en restant au service du client

  2. Mieux maîtriser son environnement et la transformation induite par la digitalisation de l’économie

  3. Développer de l’ouverture et le sens critique

  4. Développer les clés d’un apprentissage en continu, afin de basculer progressivement vers une organisation apprenante

  5. Développer de l’engagement, l’envie et la capacité de prendre part à la transformation de son métier, de son organisation… voire impulser les transformations

Et pour développer ces axes stratégiques, l'IFCAM a identifié les compétences clés, à mettre en œuvre : exploration des futurs possibles, apprendre à apprendre, créativité, idéation et résolution de problèmes, efficacité organisationnelle, apprendre à transmettre, ...

Vingt softskills pour collaborer, influer, créer, agir, aborder demain et apprendre en continu.



2) Avec quelle(s) modalité(s) diffuser ces softskills ?


Sur ces compétences spécifiques, plus difficiles à développer, l'IFCAM a choisi un parcours en blended learning : contenus distanciels, ateliers en présentiel, ressources variées (mini-séries, TedX, ...), guides méthodologiques.


Mais l'innovation majeure est arrivée en fin de parcours, avec la création et la mise en place d'un hackathon pédagogique en immersion avec une start-up.


Un hackathon pédagogique, qu'est-ce que c'est ?


2 jours de formation intensive, pour être accompagné à mobiliser, sur une problématique réelle, les capacités acquises de façon théorique tout au long du dispositif. Plongés dans une situation de travail, au cœur d'une start-up, les participants vont devoir mettre en œuvre leurs acquis théoriques :

  • Renforcer ses capacités à collaborer et à travailler en intelligence collective

  • Développer des capacités à prototyper en équipe une solution concrète et pitcher devant un jury

  • Recevoir et donner des feedbacks (facilitateurs, groupe, start-up)

Ce format spécifique et innovant permet de solliciter 3 leviers, qui vont permettre de s’assurer de la mise en pratique des softskills par les participants, et ainsi booster leur acquisition de compétences.


1°) Des participants réellement acteurs


Au début de chaque activité, il est rappelé aux participants l'objectif de l'activité et les techniques à mobiliser. Par exemple, pour l'étape "Pitch du prototype" : les compétences à mobiliser seront les suivantes : pitch, gestion du stress, storytelling, capacité à savoir transmettre.

Ensuite, ce sont à eux de s'organiser et de définir en équipe les postures et méthodes adéquates à mettre en œuvre. En cas de doute, les facilitateurs peuvent rappeler la théorie des modules et proposer des techniques vues précédemment.

En étant acteur et décisionnaire, les participants sont impliqués et maîtres de leur propre apprentissage.


2°) Une conscientisation de la mise en pratique


Au tout début du challenge, les participants sont invités à s'auto-évaluer individuellement sur une vingtaine de compétences.

Par la suite, à la fin du 1er et du 2ème jour, les participants indiquent leur progression sur chaque compétence, prennent conscience (et confiance) de leur évolution et identifient les axes d'améliorations et les points à travailler pour la suite.


3°) Une acculturation forte dans l'Innovation et la Tech


Outre l'apport du challenge, et le rôle de "client" que va endosser la start-up, l'immersion dans une structure complétement différente du quotidien d'un grand groupe bancaire va permettre de créer une acculturation forte.

Nouvel environnement, nouveaux codes, nouvelles habitudes de travail, schémas de pensée de différents. De quoi mettre à l'épreuve leur capacité d'adaptation, leur curiosité et leur culture digitale, trois softskills identifiés par l'IFCAM.


3) Et pour quels résultats ?