• La team FoxRH

Pas de panique ! Les trous dans votre CV peuvent vous aider


Pas de panique ! Les trous dans votre CV peuvent vous aider

Le fameux “trou” sur un CV correspond à une période d’interruption de l’activité professionnelle.

Cette interruption peut être motivée par de nombreuses raisons telles qu’une période de formation, une période de transition professionnelle ou même une période de transition personnelle, comme une naissance, un déménagement, une maladie…

Considérée à tort comme un handicap sur le CV, la période d’inactivité professionnelle peut se transformer en véritable force.


Sommaire :


  1. Jouez la transparence

  2. Valorisez votre inactivité

  3. Quelques astuces pour les faire oublier


FoxRH cabinet de recrutement RH et Paie







1) Jouez la transparence


Il est important d’être honnête sur son CV mais aussi en entretien. Les recruteurs ne sont pas nés de la dernière pluie et possèdent de nombreux outils afin de vérifier vos expériences, comme le contrôle de références. Il est ainsi déconseillé de mentir ou de réinventer l’histoire au risque de perdre toute crédibilité, voyant vos chances d’être embauché diminuer.


N’essayez pas d’éluder le sujet, car le recruteur ne fera pas l’impasse sur la question. Par ailleurs, ce dernier risque de déduire rapidement que vous n’avez rien réalisé durant cette période d’inactivité.

Abordez donc le sujet avant le recruteur afin de garder le contrôle sur votre entretien et de démontrer que cette période d’inactivité n’a en rien freiné votre ambition.


Si cette période d'inactivité est due à une raison personnelle : jouez la transparence, sans non plus rentrer dans les détails de votre vie privée. Prenons l’exemple de la maladie, 15% des actifs sont touchés par la maladie et au moins autant de personnes par l’aidance. Un tiers de ceux-ci quittent leur emploi.


Cette phase de votre vie personnelle vous a sûrement permis de développer de nombreuses compétences utiles à votre vie professionnelle. Il serait donc dommageable de ne pas l’évoquer.


Il est donc indispensable de donner une lecture professionnelle à votre ou vos périodes d’inactivité, afin de ne pas laisser au recruteur l’occasion d’avoir une mauvaise image de votre profil.



2) Valorisez votre inactivité


Une de vos principales forces en temps que personne recherchant activement un travail depuis quelque temps, est votre disponibilité immédiate. Contrairement aux personnes en poste disponibles sous un, deux ou même trois mois, du fait de leur préavis. N’hésitez pas à mettre en avant cet avantage lors des entretiens, notamment lorsque l’entreprise cherche une personne disponible immédiatement.


Nous vous conseillons donc de démontrer votre employabilité. Certes vous n’avez pas occupé un poste depuis un certain temps mais vous n’êtes pas pour autant déconnecté du marché. Montrez votre proactivité et votre capacité à effectuer une veille de votre secteur d’activité. En cas d’inactivité de longue durée, il est conseillé de réaliser une formation afin d’actualiser vos connaissances, plus particulièrement dans le cadre de métiers nécessitant une expertise importante.


Assumez l’originalité de votre parcours. En effet votre profil est atypique, cela représente une force et permet d’apporter une nouvelle dynamique au sein d’une équipe. Les profils atypiques sont souvent reconnus pour être créatifs et avoir un regard différent ou “out of the box”, mais ils ont également su développer leur polyvalence que ce soit dans des secteurs, des postes ou des environnements différents.


Un projet entrepreneurial n’ayant pas atteint son terme ou n’ayant pas survécu ne doit pas être caché ou abordé trop rapidement. Les anciens entrepreneurs sont nombreux à avoir vu leurs opportunités professionnelles évoluer à la suite de cette expérience. Ils représentent des profils intéressants pour des entreprises recherchant chez eux des qualités telles que la résilience, l’ambition, la détermination ou encore la créativité. Alors mettez en valeur cette expérience enrichissante.


Plus globalement il vous faut miser sur votre personnalité et vos compétences. Cela tombe bien, c’est exactement ce que recherchent les entreprises.



3) Quelques astuces pour les faire oublier


Afin de diminuer la présence de période d’inactivité, dites courtes, sur votre CV, il vous est possible de mentionner les années de vos expériences plutôt que les périodes exactes. Par exemple, au lieu de noter dans votre CV que vous avez occupé le poste de chargé RH d’octobre 2020 à juillet 2021, préférez la mention 2020-2021.


En cas de longue période de chômage, il vous est possible de remplacer cet espace vide par une expérience en stage, une activité associative ou même une formation supplémentaire.


N’hésitez pas à mentionner dans votre CV un congé parental, une année sabbatique ou un voyage de longue durée. Tout comme la période de maladie énoncée plus haut, ces expériences sont à relever dans votre CV, car celles-ci vous ont permis de développer vos hard et soft skills.


Il y a un an, le réseau LinkedIn a d’ailleurs ouvert la voie à ce qui pourrait bien être le début d’une petite révolution, en offrant une reconnaissance professionnelle aux “trous” de carrière causés par la parentalité et l’aidance. Grâce à l’ajout d’une nouvelle fonctionnalité, le réseau permet désormais aux parents d’utiliser “mère au foyer” ou “père au foyer” comme titre de poste. Le congé de maladie, de deuil, mais aussi les maladies de longue durée, la formation, le bénévolat, l’année sabbatique et même les longs voyages peuvent aussi être ajoutés en tant qu’expériences au CV LinkedIn.



Un article rédigé par Cécilia Bonzon



FoxRH cabinet de recrutement RH et Paie